Afric'Impact => Accueil => Dossiers => Dossier 1 => Témoignages individuels


Les dix témoignages suivants, choisis parmi d'autres, ont été réalisés par des jeunes courageux ayant quitté ou fuit la troupe Wamdé et sa directrice Mama KOUYATE. Courageux car ils se sont résolus à passer outre les pressions et menaces de la part de cette dernière et ses acolytes. Ils sont introduits par deux autres réalisés par les mères des deux jeunes, Djénéba et Fido, pendant qu'ils étaient emprisonnés durant une semaine grâce à Madame KOUYATE :


Témoignage n°0a :

Je suis la maman de Djénéba et je veux bien témoigner. Ma fille a été chez la dame quand elle avait l'âge de huit ans pour apprendre à faire de la musique et ainsi que des danses traditionnelles et elle a fait beaucoup d'années avec elle. De temps en temps, la dame faisait des tournées avec eux en Europe et au retour de chaque voyage, elle envoyait ma fille m'appeler pour que je vienne voir ce qu'elle a récolté pour ma fille pour le retour. Chaque fois ce n'est qu'une somme de 60 000 FCFA qu'elle compte et me remet à la main pour que moi aussi je compte pour voir. Et après avoir vérifié elle dit à Djénéba de prendre 10 000 FCFA dans les 60 000 F CFA et les 50 000 FCFA resteront avec elle pour qu'elle garde cela à la caisse pour son compte mais sans de papier. Mais comme ma fille a été trop utilisée chez la dame sans rien percevoir, elle l'a quittée. Et, entre temps, la dame envoyait des gens pour venir dire à ma fille que la dame a besoin d'elle pour faire un voyage mais qu'elle ne fera plus comme les fois passées. Mais ma fille a refusé d'aller encore avec elle. Pour ma fille, après son accouchement, j'ai été voir la dame pour demander de l'aide pour ma fille mais elle a refusé de me remettre l'argent qu'elle devait à ma fille. J'ai trop souffert pour m'occuper de ma petite fille. Après cela, ma fille est venue voir Fidèle qui l'accepta dans l'A.A.K.Z.B. et, par la grâce de Dieu, Fidèle a eu une invitation en Europe. Fidèle voulait que Djénéba y participe à cela mais Djénéba n'avait pas ses papiers avec elle car la dame avait retiré tous ses papiers et ne voulait plus lui remettre. Ainsi, de son côté, Fidèle a fait de son mieux pour avoir des papiers pour Djénéba. Comme elle a su que Fidèle doit voyager avec sa troupe, elle a fait un complot avec les policiers de l'aéroport pour qu'ils empêchent leur départ et amener ma fille en prison.

Témoignage n°0b :

Je suis la maman de NITIEMA René Fidèle dit "Fido". René Fidèle dit "Fido" est le fondateur de l'Association Artistique Kaam Zoung Bangré. Je veux bien témoigner à la place de Fido pour son arrestation par le coup monté de Madame Kouaté de Wadé. Fido a dû travailler un peu avec elle, mais pour sa méchanceté il l'a quittée il y a des années. Avec cette méchante dame, fidèle a eu avec elle que des souffrances seulement. Si elle voyage avec eux, à son retour elle ne fait rien de bon avec les enfants. C'est une dame qui n'a pas d'honnêteté avec les enfants de sa troupe. Quand Fido la quitta, elle est venue chez nous, engueuler et maudire Fidèle qu'il ne réussira pas dans sa vie. La jalousie règne chez elle et elle ne veut pas le bien d'autrui. Elle devait aimer les enfants au lieu de les haïr car elle est une mère, mais c'est malheureusement le contraire. Elle ment qu'elle aide les orphelins et les enfants de la rue tandis qu'elle ne fait que exploiter les pauvres enfants. Ayons peur des gens pareils.

Témoignage n°1 :

Je m'appelle Kalifa. Ce que je peux dire de la dame, c'est que c'est une femme qui m'a utilisé. J'ai travaillé plus de neuf ans avec la femme et j'ai fais huit voyages avec elle : 3 fois en Suisse, 4 fois en France et 1 fois au Danemark. Son premier voyage était en Suisse et j'ai fait ce voyage et c'était aussi mon premier voyage en Europe. J'ai fais un mois et à notre retour elle m'a donné que 50 FF. Les autres voyages, elle me donnait entre 50 et 80 FF. Dans la troupe, j'étais un artiste polyvalent. Je jouais le balafon, des fois le Djembé. Je vous assure, avec 1000 pages je ne pourrai pas expliquer la souffrance que j'ai eu avec la femme dans les répétitions et sur tous en général. J'ai quitté la dame, parce, qu'entre temps, j'ai eu un enfant avec ma copine et je n'arrivais pas à suivre très bien les répétitions. Ainsi, un jour, je suis allé à la répétition et elle m'a appelé de coté pour me dire : Kalifa, il faut que tu quittes ma troupe car tu es devenu un père de famille. Pire, elle m'a remercié sans me donner un sou et a refusé de me remettre mon passeport. Je ne suis donc pas en possession de mes papiers.

Témoignage n°2 :

Je m'appelle Boiré, je n'ai pas trop de choses à dire sur cette méchante et maudite dame nommée maman Kouaté, parce que je n'ai fait qu'un seul voyage avec elle en France. J'ai beaucoup travaillé avec elle dans les répétitions et ainsi que dans les tournées en France. Quand je voyais maman Kouaté frapper les petits, cela me faisait pitié et ce sont toujours ces mêmes enfants qui sont avec elle. Ils comprendront un jour que cette dame les exploite mais ça sera très un peu tard pour eux. A mon retour de la tournée en France, elle m'a payé un vélo V.T.T., ce qui ne vaut pas la valeur de 50 FF ici. Et tout de suite, j'ai compris qu'elle était en train de nous exploiter et, sur place, j'ai abandonné la troupe sans avoir mes papiers. Mon souhait aujourd'hui et qu'elle soit arrêtée et jugée.

Témoignage n°3 :

Je suis CISSE Samira. Je ne voulais plus entendre parler de maman Kouaté, mais comme l'occasion se présente de témoigner ma souffrance que j'ai eu au moment où j'étais avec elle, ça me fait plaisir parce que je suis sortie de sa troupe sans être satisfaite même un seul jour. Je suis rentrée dans sa troupe depuis 1985 et j'ai fait 7 voyages avec elle en Europe. J'ai toujours été battue par la dame lors des répétitions et j'ai toujours les traces sur ma peau. Ainsi, j'ai quitté la troupe sans mes papiers. Jean je te félicite pour le courage que tu as eu en faisant ces interviews. Parce qu'on avait peur de parler et aussi on ne savait pas à qui parler. Mon contact est le -- -- --, j'ai 19 ans.

Témoignage n°4 : Moi c'est Maama. J'ai participé au premier voyage de Wandé sur la Suisse et pour une période de un moi et au retour elle m'a tendue un billetde 50 FF. Sur le champ, je lui ai dit tout ce que je pensais sur elle et je suis partie. Depuis ce jour, je suis restée sans mes papiers.

Témoignage n°5 :

COMPAORE Victor. Je suis artiste plasticien sur la fabrication des motos, des voitures en fil de fer, etc. J'ai fais deux voyages avec Maman Kouaté. Mon premier voyage était en Suisse et pour une période d'un mois. A notre retour, elle m'a donné 50 000 FCFA pour tous les jouets que je fabriquais et les cours que je donnais lors des tournés. Mais comme c'était mon premier voyage en Europe j'étais content et, par la suite, mon deuxième voyage en Angleterre j'ai compris tout de suite son jeu. Elle n'a jamais porté la main sur moi comme elle le faisait avec les autres enfants qui étaient plus petits. J'ai 23 ans et depuis que j'ai quitté sa troupe, elle ne m'a pas donné des encouragements moral, matériel ou financier pour que je puisse avancer mon atelier. Je suis venu chez Fidèle qui a accepté me prendre comme moniteur dans son atelier. Mon numéro de contact est le -- -- --.

Témoignage n°6 :

ZONGO Grégoire. Je fais la musique traditionnelle (Doundoufolo). Je suis resté avec la femme de 1982 jusqu'au 22 octobre 2000. J'ai commencé mon premier voyage en 1996 à Cognac. A mon retour, on a fait une réunion avec elle et elle nous a dit que chacun avait droit à 50 000 FCFA, que les 45 000 FCFA allait être reversés à la caisse. 1997 à "Fougerie" (Fougères ?) on a fait deux semaines et à notre retour, elle a dit que chacun a droit à 25 000 FCFA mais dans ces 25 000 FCFA elle me prend 20 000 FCFA, soit disant qu'elle reverse le reste dans la caisse. En 1998, à "Ferney Vorter" (Fernay Voltaire ?) pour un séjour de 2 mois, à notre retour elle nous a dit que chacun avait droit de prendre 50 000 FCFA, mais moi j'ai reçu 25 000 FCFA soit disant que le reste était pour la caisse. En 1999, en Suisse pour un séjour de 2 mois, on a beaucoup travaillé. On faisait 3 spectacles par jour et on n'avait pas le temps de dormir. Elle a chaque fois menti qu'elle s'occupait de tous les enfants, pourtant c'était faux. A notre retour de Suisse, elle nous a donné 35 000F en disant qu'elle m'a tout donné cette fois-ci et elle n'a rien mis dans ma caisse. Le jour que je voulais démissionner je suis allé la voir pour retirer mon carnet de caisse et mon passeport pour pouvoir me débrouiller ailleurs. Elle a refusé et elle m'a dit de la convoquer où que je veux. Pour elle, on a rien comme papiers qui prouve qu'on a été avec elle. Même en Europe, nos cadeaux ne nous parvenaient. Elle gardait tout. Je suis né le 13 Juillet 1979. Mon numéro de contact est le -- -- --.

Témoignage n°7 :

Moi COMPAORE Salif, je suis rentré dans la troupe Wamdé en 1987. Mon premier voyage , c’était en Suisse en 1991 pour un séjour d’un mois et à mon retour, je n’ai reçu que 50 FF (ndlr : l’état des 10 séjours suivants). J’ai abandonnée la troupe en 2003 pour raison de mon avenir. J’ai trouvé qu’elle exploitait les gens. Elle a promis qu’elle a ouvert un compte épargne mais c’était tout à fait faux. Elle a gâté ma vie d’un côté parce que je trouve que ça m’a mis en retard. Dans nos tournées, on ne peut pas tisser des relations parce qu’elle n’accepte pas qu’on parle avec les amis qu’on rencontre. Les cadeaux qu’on gagne sont toujours confisqués par elle. Nos lettres ne nous parviennent pas. Lors des tournées, elle raconte que nous sommes des orphelins, des enfants de la rue, pourtant c’est faux et elle a confisqué tous les papiers et on travaillait comme des esclaves. C’est bien vrai qu’on a connu l’Europe mais ce n’était pas mon objectif. Mon objectif, c’était de construire mon avenir. Mon vœu actuellement, c’est de retirer mes papiers, qu’on me paye mes droits. J’ai 26 ans. Mon contact, c’est le -- -- --.

Témoignage n°8 :

Mohammed OUEDRAOGO : Je suis né le 17 août 1981 à Bobo Dioulasso. Je suis rentré dans la troupe Wamdé en 1996. J’étais à l’école de la musique à Ouaga. Avant ça, j’étais danseur dans une troupe à Fada. Pour ne pas oublier ma culture, j’ai demandé à répéter avec le Wamdé et elle a accepté à me prendre à cause de quelque chose que je ne savais pas bien sûr. Ma première tournée, c’était en 1997 au Danemark pour un séjour de deux mois et demi. Au retour, j’ai reçu la somme de 50 FF et elle m’a dit qu’il y a 250 FF qui sont partis en caisse. En 1988, j’ai effectué un voyage en France pour une période de deux mois et demi. A mon retour, j’ai eu la somme de 150 FF et toujours elle m’a répliqué qu’il y avait 200 FF qui étaient allés en caisse. En 1998, j’ai eu à effectuer un voyage à Paris pour un séjour d’un mois et à mon retour, elle m’a promis 250 FF mais je n’ai pris que 100 FF. En 1999, j’ai été en Suisse avec elle pour un séjour d’un mois et demi et à mon retour, j’ai eu la somme de 500 FF. En 2000, projet « On the line », c’était un projet qui regroupait plusieurs pays du méridien. On est allé dans les écoles pour donner des cours de danse, de chaque pays. A la fin du projet, on a récolté 50 FF chacun. En 2001, on a effectué un voyage en Angleterre pour un séjour d’un mois. Elle m’a promis 500 FF, j’ai pris 150 FF et les 350 FF sont restés avec elle pour toujours pour la caisse. En 2002, en Suisse pour un séjour de 2 mois et demi, au retour, j’ai eu la somme de 150 FF et les 350 FF sont à la caisse. En 2001, à Paris pour un séjour de 28 jours et à mon retour, elle nous avait promis 500 FF alors à la fin elle a payé deux portables en valeur de 590 FF à deux de nous et nous a donné que 50 FF à notre retour. De 2000 à 2001, j’étais interné à Wamdé pour enseigner les enfants de la maternelle. Pendant tout ce temps, elle recevait des dons d’argent des enseignants mais moi je n’ai rien reçu. Quand on va en tournée, elle raconte que nous sommes des enfants orphelins déshérités. Archi-faux. En juin 2002, elle est partie dire à mon père que je devais maintenant rester à côté de lui. Je l’ai poursuivi pour mes papiers et elle m’a remis que le livret d’épargne. Il y avait que la somme de 500 FF. Et elle me fait tourner en rond pour le passeport. La seule chose que j’ai eu hormis des voyages, c’est un V.T.T. pour la valeur de 650 FF. Mon contact est le -- -- --.

Témoignage n°9 :

Moi c'est Ilboudo Saydou, je vais te parler de Mousoyouma Kouaté, comment je la prend et aussi comment elle exploite les enfants. Je t'assure qu'il n'y a pas un jeune à Koulba (quartier de Ouaga) qui ne pourra pas te dire ce que maman Kouyaté fait de ses enfants. A ma connaissance, tous ceux qui ont quitté la troupe wandé dans 20 il y a 1 personne qui s'en sort un peu bien. Je suis un membre ou je n'ai pas été membre de la troupe wandé (en voyage) mais j'ai des amis qui ont fait la troupe et je participais à leurs répétition, je voyais comment les enfants souffraient, les petits étaient chaque fois bastonnés. Je me pose la question si elle ne cherche pas à devenir le plus riche du Burkina sur le dos des enfants. J'ai 37 ans. Tél : -- -- --

Témoignage n°10 :

Je suis Compaoré Robert, artiste plasticien sur la fabrication des jouets à la base de fils de fer. Je suis resté avec la dame 4 ans et j'ai effectué 3 voyages. Le premier c'était sur la Suisse pour une période de 1 mois et à mon retour
je n'ai eu que la somme de 50 FF. Le deuxième voyage je n'aie eu que 100 FF, le troisième elle m'a payé un poste radio pour moi et à moi elle m'a fait savoir que je n'avais droit à aucun sou parce que j'ai eu un poste radio. On s'est entendu et en même temps j'ai démissionné. J'ai 27 ans. Tél : -- -- --